• à fond la caisse
  • ça s'emboite parfaitement
  • celle la ou celle ci
  • en colle pas une
  • en panne de colle
  • Affichage des résultats 1 à 10 sur 396

    Discussion: K5 (E) Krupp 280mm "LEOPOLD"

    Mode arborescent

    1. #1
      membre
      est: j'colle comme un p'tit fou...
       
      ça s'emboite parfaitement
       
      Avatar de BelgiumModelism
      Date d'inscription
      décembre 2013
      Localisation
      Awirs (Flémalle)
      Messages
      853
      Remerciements
      346
      568 remerciements
      dans 330 messages

      K5 (E) Krupp 280mm "LEOPOLD"

      Bon…
      Ben voilà mon nouveau délire… Un K5 Krupp, mieux connu sous le pseudo de « LEOPOLD » ou de « ANZIO ANNIE »
      J’ai choisi la version TRUMPETER en remplacement de la version DRAGON que j’avais précédemment en 3 exemplaires… (oui je sais, je suis un grand malade)

      Pourquoi TRUMPETER? Et bien la version DRAGON est beaucoup moins précise dans le détail et trop simplifié dans de nombreux aspect. Il est clair que la réalisation d’un K5 est gigantesque, mais TRUMPETER pousse le détail très loin et si vous n’avez pas peur de gérez le travail supplémentaire qu’il occasionne, alors les 400 pièces supplémentaires que vous trouverez chez TRUMPETER ne devraient pas vous faire peur… De même que pour le manuel de montage de 44 pages…
      Autre avantage, le groupe Diesel et sa plate-forme.

      Une jolie petite boite qui présage un montage qui va me prendre la tête avec ses 1140 pièces.
      Le kit propose deux versions, ou configuration. Une version en ligne droite ou une version en configuration « pas de tir », mais pour cette version il faut au minimum un diorama de 130 cm X 130 cm…

      Vu que la longueur du diorama fera au minimum 130 cm de longueur X 30 cm de largeur, je pense le faire en configuration sortie d’un tunnel, capturé par les troupes U.S. ou quelque chose du genre…


      HISTOIRE DU K5 Krupp…

      L'Allemagne fut sans conteste la nation la plus avancée en matière d'artillerie sur voie ferrée pendant la Seconde Guerre. Son propre réseau ferré puis celui de l'Europe (occidentale) occupée lui donna amplement l'occasion de déplacer et d'utiliser cette forme extrême de l'artillerie.
      L'obsession de Hitler avec les canons les favorisa dès la première moitié des années trente. Plus de la moitié des modèles utilisés pendant la guerre furent le résultat du programme "Sofort". Il s'agissait de rendre le plus rapidement possible à l'Allemagne un minimum de capacité militaire pour sortir de la situation d'impuissance résultant du traité de Versailles.
      "Sofort" (« tout de suite », en allemand) donna un grand nombre de modèles, avec des calibres allant de 150 à 280 mm.
      Le résultat était pourtant loin d'être optimal. Il s'agissait en général de canons de marine placés sur des affûts qui limitaient les performances de la pièce.
      En outre, les portées obtenues étaient insuffisantes.
      Avec l'après-"Sofort", la qualité s'améliora radicalement: si le 280mm K (E) 'Neue Bruno' n'est encore qu'une version de transition, le 280mm K5 sur voie ferrée est un sommet en matière de pièces sur voie ferrée. Non seulement il était facile à mettre en batterie et son rythme de tir était satisfaisant, mais sa portée, avec quelques aménagements des munitions, s’avérera tout simplement incroyable.
      En matière de portée, seul le 210mm K12 (E), un descendant d'une pièce à longue portée de la Première Guerre, pouvait lui faire concurrence…

      Les travaux de mise au point du canon K5 commence chez Krupp à la fin des années 20 et aboutissent à deux premiers prototypes en 1934 (avec un tube de 150 mm pour les tests) .
      Dès 1937, ces pièces d’artilleries seront équipées d’un tube de 280 mm.
      Malgré des problèmes de résistance de tube au début, le K5 fut un excellent matériel: l'arme était montée sur un caisson porté par deux boggies de six essieux.
      Le jeu entre le caisson et les boggies permettait de pointer l'arme dans n'importe quelle direction, quelque soit l'axe de la voie.
      Pour augmenter la vitesse initiale, les cartouches avaient des bourrelets qui s'engageaient sans à coup dans les rayures du canon. Cela permettait de propulser l'obus avec une charge propulsive accrue. La portée normale de 62 km pouvait être accrue jusqu'à 86 km avec des obus boostés par des fusées (à partir de 1943), mais avec une diminution de la précision et de la charge explosive.
      Le centre de recherche de Peenemünde mis même au point une âme lisse de 310 mm et des obus flèche qui portaient jusqu'à 153 km ! (Quelques uns furent effectivement tiré à la fin de la guerre, notamment le bombardement de Maastricht et Verviers en 1945 par deux pièces de 310 mm ).

      La mise en oeuvre d'un de ces canons nécessitait un train complet, avec wagons spéciaux pour les servants et les munitions. 8 pièces étaient disponibles en 1940 quand commença le pilonnage de la Grande Bretagne.
      Les principaux terrains d'action du K5 furent donc le Pas de Calais pour balancer des prunelles sur les anglais, Leningrad en Russie et en Italie où ils se firent connaître (ou craindre) sous divers surnoms : de "Schlanke Bertha" ("mince Bertha") dans le camp allemand à "Anzio Annie" pour les américains.
      Le dernier usage opérationnel des K5 fut le bombardement de Maastricht et Verviers en 1945 par deux pièces de 310 mm qui avaient été originellement prévus pour tirer des Peenemünder Pfeilgeschoss (obus-flèche de Peenemünde).

      Aujourd'hui, des 28 engins de ce type produits entre 1936 et 1943, deux pièces seulement ont survécu à la guerre. "Anzio Annie" le canon confisqué par les américains, est régulièrement entretenu et est librement accessible en face du musée de l'artillerie des Etats-Unis (United States Army Ordnance Museum).

      La deuxième pièce d'artillerie se trouve en France... longtemps conservée comme prise de guerre par l'armée française aux arsenaux de Brest, elle est depuis exposée au musée de la batterie Todt. Seul exemplaire survivant il est visible au musée de la batterie Todt près d'Audinghen dans le Nord de la France et a été restauré récemment par les équipes du Musée, pointant vers L'Angleterre mais en position de transport.

      Après avoir réalisé un peu de rangement dans mon foutoir, je me suis aperçus que j’avais deux boites dans mon armoire…




      Mais bon, c’est pas pour ça que je vais monter les deux maintenant… lol





      Et voici le détail de la petite boite… Si je puis dire…












































      44 page de pure bonheur… enfin, si je puis dire… lol








    2. Les 4 membres suivant ont remercié BelgiumModelism pour ce message utile:

      Ernst (28/10/2017), panzerbreiz56 (21/09/2017), papoun (20/09/2017), x (20/09/2017)

    Discussions similaires

    1. Réponses: 2
      Dernier message: 26/06/2017, 00h42

    Règles de messages

    • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
    • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
    • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
    • Vous ne pouvez pas modifier vos messages